Voiliers et catamarans, une passion. L histoire de CharterAlia

Salut! Je suis José Navas-Parejo, merci de nous suivre. Dans ces lignes vous pourrez  lire comment ma vie à changer, comment j’ai appris à naviguer et à poursuivre mes rêves. Comment je me suis retrouvé fondateur de CharterAlia et comment je me suis retrouvé à vivre sur un bateau.

Quand j’eus trente ans, j’ai découvert cette nouvelle passion, un peu  tard dans ma vie, qui est celle de  naviguer. C’est pour cela que j’ai laissé tomber la société de télécommunications que j’avais créée. Cette société fut ma vie pendant 15 ans. Nous étions des enfants mes amis et moi quand nous l’avions créé, beaucoup d’efforts et de sacrifices, qui, au final se sont terminés tristement.

Désorienté, criblé de dettes et découragé  j’ai décidé de prendre un congé sabbatique et de me consacrer corps et âme à apprendre à naviguer et à oublier les mauvais coups, dans l’espoir de laisser les mauvais moments derrière moi. Pendant des années, je voulais partir à l’aventure, être libre et avoir la paix, je l’imaginais tant quand je voyais une voile de voilier “loin de la foule”. J’avais commencé plusieurs livres nautiques mais je n’ai jamais eu le temps de les terminer. Nous avons tous des rêves, nous pensons toujours, qu’un jour, ils se réaliseront, mais peu à peu ils sont piégés par la routine quotidienne et les obligations que nous impose la vie et brouillent toute notre vie.

coucher de soleil Ibiza
Mon premier voilier au coucher du soleil

Dès le premier jour je découvris que la voile était extrêmement addictive, non seulement par le  contact direct avec la nature et la mer, mais aussi par le nombre de facteurs qui influencent et en particulier la mesure pratiquement instantanée, un simple mouvement peut influencer le bateau de sa vitesse, ainsi que des éléments extérieurs. Cette discipline est idéale pour les autodidactes  et Quijotes hyperactifs.

Mais non seulement la voile est ce qui m’a captivé, mais le modus vivendi, au jour le jour, la vie enrichissante mais inconfortable sur le bateau était tout simplement parfaite pour une personne avec mes préoccupations. Ma tête était toujours occupée à penser et quand elle n’y était pas je pensais à des choses négatives. Quand finalement j’eus un moment de détente, j’étais tellement fatigué physiquement et psychologiquement que je ne pouvais que penser à me reposer. Jamais auparavant je n’avais dormi si profondément, même si j’ai également souffert de certain sursaut de nuit à cause de  l’ancre.

Mon premier voilier

Ce fut en 2010 quand j’ai décidé d’arrêter d’être cartographe et de devenir explorateur j’avais fait quelques sorties en voile et il semblait que la chose m’attirait. Pour payer les dettes de la société en difficulté j’ai dû ré-hypothéquer ma maison et avec le peu qu’il me resta j’ai acheté mon premier voilier : un petit bateau de 7 mètres de long, avec peu d’espace de vie. J’ai décidé de prendre ce modèle, car je me disais  qu’il pouvait  être transporté sur une remorque et donc je pensais que j’économiserai le coût du port. Peu à peu je fournissais l’équipement et des dispositifs de sécurité et de confort que j’ai trouvé sur des sites de réductions et d’occasions tout le confort d’un bateau de 7 mètres, ce qui est peu. Avec 50 litres de réservoirs d’eau capacité maximale sans salle de bains, et vous pouvez imaginer les choses de fantaisie que je devais faire pour vivre décemment toutefois, ces premiers mois, quand je me suis lancé dans l’aventure, en fondant ma stratégie d’apprentissage d’autodidacte, aussi infaillible que dangereuse, que  je me souviens encore avec beaucoup d’émotion et d’affection. Maintenant, j’ai le temps de lire et d’apprendre. J’ai livré corps et âme à ce nouveau projet. Je lisais un livre sur la voile  qui était tombé entre mes mains et surtout, par le biais de divers forums internet, j’appris l’apprentissage de la «théorie». Je vivais sans doute quelques-uns des jours les plus difficiles de ma vie, mais aussi les plus excitants. Avec un sens de l’amélioration, presque quotidienne, de soi et le désir de vivre et d’avancer que je n’avais pas connu auparavant.

Voilier Remorque de Jose Navas capitaine et patron de CharterAlia
Ce fut le jour du lancement de l’iluso, mon premier voilier

Tout cela prouve, qu’hors de ta  zone de confort, cela t’aide à atteindre le bonheur, ou au moins l’obtenir près de lui. Le fauteuil confortable de la maison et le plaide sont très bien, mais tu t’habitues et c’est le moyen à long terme de perdre l’instinct pour surmonter et résoudre les problèmes qui sont anthropologiquement programmés et qui nous font entrer dans une routine ou de petits problèmes se transforme en véritables cauchemars.

De Malaga à Ibiza

La première année, j’ai embarqué 6 mois à bord du petit Iluso. Nous sommes partis avec mon ami Victor Roda de Caleta de Velez,  à Malaga. Mon ami d’aventure s’en alla à Ibiza, après 7 jours de navigation et 500 problèmes à bord. Après une longue pause bien méritée je suis allé seul découvrir et explorer le reste des Baléares. À Ibiza j’ai passé un mois, et j’ai été surpris par les eaux de Formentera et des conditions idéales pour la voile et l’ancrage présentant l’île. Contrairement à la côte de la mer d’Alboran, en Andalousie, qui n’offre pratiquement aucune crique chaude qu’après Gata.

Voilier d Ibiza a Formentera
Dans cette lagune d’eau salée qui se forme entre le nord de l’île et Espalmador de La Torreta, juste entre Ibiza et Formentera, je passais des journées inoubliables

Traverser de  Majorque avec un rat à bord

Jamais auparavant je n’ai eu cette sensation de liberté dans les 10 m2 de mon bateau. Je sautai d’Ibiza à Majorque, dans un voyage que je me souviendrais toujours. Cette nuit où j’avais ancré à Tagomago, une petite île à l’est d’Ibiza, la plus proche de Majorque. C’est  une île privée faite de millionnaires Allemands qui aiment la célébrité et ont les moyens, une île militarisés. Cependant, j’ai réussi à jeter l’ancre près du rivage, car il y avait une zone très profonde.

Le lendemain matin, quand j’eus traversé le canal de Majorque, au milieu, juste pointé entre Ibiza et Majorque, dans un cadre confortable avec 14 nœuds de vent réel, je vis  un moineau perché sur le balcon de proue. Mais qu’est-ce qu’un moineau avec une queue?  C’était un rat!

On voit que, en l’absence de déchets sur l’île, l’animal avait nagé à mon bateau, probablement attirés par l’odeur du dîner, que je m’étais préparé la veille. Je suis parvenu à le frapper et il tomba. Le pauvre il se noya sûr, mais quel choix avais-je?

À Mallorca, et sans rat, aussi je mangeais calmement. Je fis le tour de l’île deux fois en  un mois. Une belle île, mais avec les dangers du vent du nord, un vent du nord, qui, même en été, peut  faire mal. Une nuit dans la baie de Soller, au nord de Majorque, nous avions dû  mettre l’ancre à cause de la mini-tornade, presque tous les navires étaient ancrés dans la baie. Ce ne fut pas la seule chose qui s’était passé pendant la pleine lune et la vérité n’était pas mauvaise, je devais m’habituer à ce qui m’attendais dans le détroit de Bonifacio, entre la Corse et la Sardaigne.

Bonifacio est une zone très sensible du point de vue nautique, comme le détroit de Gibraltar et la quasi-totalité est étroite en général. L’espace étroit de la mer entre deux zones terrestres, provoque ce qu’on appelle un effet venturi, soit un vent d’entonnoir que l’on doit traverser pour atteindre l’autre côté, ce qui rend le vent beaucoup plus puissant.

voilier de CharterAlia a ibiza gennaker
À Mallorca je testais le gennaker, une voile assez complexe, surtout seul

Le grand saut de Majorque en Sardaigne

À la fin de juillet, je fis le voyage de Es Trenc, au sud de Majorque, à Cala Tamariglio, dans le parc naturel de Capo Caccia, près de la ville d’Alghero, au nord-ouest de la Sardaigne. Je fus 3 jours et 3 nuits en mer, dans toutes les conditions, vents calmes légers, de bons moments et les pires vents, un orage bourrasque intense avec des vents très forts et des vagues considérables et m’a fait passer les pires moments de ma vie. Vers 6h30, le deuxième jour j’eus terriblement peur, je vis une explosion et une lumière aveuglante, la foudre avait frappé à seulement 100 mètres de mon bateau. Je me souviens encore de l’odeur de l’électricité statique dans l’air et les cheveux sur la tête. Il pleuvait et j’étais trempé. Heureusement la bourrasque perdait progressivement de sa force. Je ne pense pas que ni le bateau, ni moi aurions enduré plus. Le vent tomba mais la mer était encore agitée,  le pauvre iluso qui ne dépasser pas 2.000 kg est entré en mode vibreur, ce qui a grandement entravé la navigation et la vie à bord était presque impossible. Outre le moteur du bateau est un moteur hors-bord, seulement 9CV, je pouvais à peine bouger contre une mer agitée et chaque fois que j’arrivais à la crête d’une vague, l’hélice était hors de l’eau et cavitée. Pour couronner le tout, le pilote automatique n’était pas assez agile pour négocier ces énormes vagues, donc j’étais obligé d’être à la barre et de diriger le bateau manuellement, incapable de me libérer une seconde, pour manger, me sécher ou me réfugier dans la cabine .

Voilier iluso en Sardaigne
Ancré à Capo Caccia, un nouveau venu dans l’île de Sardaigne

Je n’ai jamais essayé les drogues dures, mais je doute qu’une substance artificielle puisse entraîner ce que je sentais quand je suis arrivé en Sardaigne, après presque 72 heures sans sommeil ou de repos depuis le sud de Majorque. Je volais. Malgré la fatigue accumulée, je ne pouvais à peine dormir à cause de l’excitation.

Une fois récupéré et cultivé pour dépasser le dur voyage où je versais  toute mon énergie. Je pris le nord de toute la Côte d’Emeraude de Sardaigne, chaque peuple, chaque crique. Aux ports je rentrais seulement pour acheter de l’eau ou de la nourriture. Je dormais toujours ancrer, face aux plages désertes, sous les étoiles, avec peu de pollution lumineuse et j’étudiais la carte pour préparer la défaite du lendemain.

Après quelques semaines, en Sardaigne j’allais en Corse pour prendre quelques amis à bord. Pendant ces jours-ci, l’arrivée d’un mistral dur était prévue, accéléré par le détroit de Bonifacio. Cependant, le temps m’a surpris et m’a attrapé en plein voyage. Une autre dure journée, mais seulement pendant quelques heures, mais encore j’avais le besoin d’apprendre, connaître, éprouver, mon besoin continue d’être occupé. En Corse, nous avions passés près de deux semaines avant de revenir en Sardaigne on passait par chacune des petites îles qui marquent le passage de Bonifacio, entre la Corse et la Sardaigne : de Piantarella en Corse, Cavallo où nous avions ancré, juste pour manger. Nous étions allés à Lavezzi où nous avions passé une nuit inoubliable. Le lendemain, nous avions continué de naviguer dans les eaux turquoise de l’étang que formées trois petites îles : Santa Maria, Razzoli et Budelli. Et puis nous sautions aux célèbres îles de La Maddalena et Caprera. Un bien meilleur paradis préservé du point de vue naturel que les îles Baléares et méditerranéennes.

Retour à la maison avec comme étape Minorque et Cabrera

Je continuais de glisser vers le bas de la côte de la Sardaigne jusqu’à fin septembre plusieurs tempêtes et nuits compliquées m’ont faites réaliser qu’il était temps de rentrer à la maison et de mettre un point sur mon aventure. Je me mis en avant pour Menorca, où je suis arrivé seulement au bout d’une semaine. Le voyage de retour était beaucoup plus clément que la première étape. En fait, il y avait si peu de vent que je fus forcé de démarrer le moteur presque tous les miles. Utiliser le moteur c’est comme le sexe sans amour. Quand il n’y a pas le choix, ce n’est pas mal, mais c’est incomparable à naviguer. Pendant ces jours-ci  j’étais entièrement intégré au navire. J’y avais été près de cinq mois depuis mon grand saut à Caleta de Velez Malaga. Je connaissais tout de la mer. Je me sentais beaucoup plus expérimenté, sans aucune crainte, mais sans perdre le respect de celle-ci.

Fin septembre j’ai apprécié un merveilleux moment, j’avais passé la plupart du temps à l’extérieur, à navigué et à ancré dans les criques de Minorque. Mais je ne pouvais pas y rester pour toujours. À mon grand regret Menorca était plus que mon étape de retour à Malaga je devais y arriver avant que l’anticyclone des Açores perde toute sa force et permettent l’entrée des tempêtes sur l’Atlantique qui génère de fort vents d’ouest, à l’ouest, à droite contre mon cours. Je sautais de Minorque à Majorque et décidais de passer la nuit à Cabrera. Une petite île au sud de Majorque, que même avec tout ce que j’avais vécu cet été, je trouvais que c’était l’île la plus magique de toute. La perle de la Méditerranée. Ancré dans l’histoire et préservé grâce à cela, elle est devenue un parc naturel et maintenant pour naviguer et ancrer dans ses eaux une autorisation spéciale est nécessaire. Grace à mon internet précaire mais efficace je pouvais gérer les autorisations de Menorca.

Voilier a Cabrera CharterAlia location de bateau Eivissa
Ici vous pouvez voir mon voilier ancré au large de l’île de Cabrera, au sud de Majorque

Ici vous pouvez voir mon voilier ancré au large de l’île de Cabrera, au sud de Majorque(foto)

Retour à la terre ferme et à Malaga

Je suis parti de Cabrebra avec beaucoup de tristesse et avec la conviction d’y retourner à l’avenir, et je fus alors arrivé à Ibiza après 15 heures de navigation. Les jours étaient de plus en plus courts et, le soir, il commençait à faire nuit avant 20 heures. La nuit était déjà fraiche et les conditions de navigation s’empiraient, donc après une nuit à Ibiza où je pris de la nourriture et l’eau, je continuais ma route vers l’île de Portichol, juste à côté du Cap Nao où je continuais vers le sud jusqu’à la péninsule ibérique. Je fus deux jours à la Mar Menor, à ancrer dans le vent de l’île Perdiguera, un autre paradis, si proche et si inconnu pour moi jusque-là. Je me suis échappé du Mar Menor par le canal Estacio, sous le pont-levis, je descendis le cap de Palos et me diriger vers Cabo de Gata. C’était de longs jours de navigation, avec l’utilisation de plus de moteur que je l’aurais souhaité, mais j’ai dû couvrir 50 ou 60 miles par jour le vent avait beaucoup diminué. Je me suis tourné vers Gata et j’ai décidé d’entrer dans le club Almeria mer pour rencontrer des amis. La réception était spectaculaire et nous avions beaucoup apprécié. J’étais seulement à deux jours du point de départ de Malaga. J’ai essayé de profiter des vents de ces jours et je fis les 120 milles sans démarrer le moteur pendant une minute. Je fus ancré sur la côte tropicale de Grenade, dans le fer à cheval, et déjà dans la province de Malaga, contre Maro et Nerja. J’étais remplis de sentiments mitigés car après six mois dans un petit bateau 7 x 2 mètres et moins de 1,70 mètres de haut je vis que l’aventure prenait fin. D’autre part, je voulais profiter du confort de la terre : douches chaudes sans fin, WC correct, Internet haut débit et de l’électricité illimitée.

Couverture du voilier a Majorque
Ici, j’arrive à Malaga

En arrivant à Malaga je ne pouvais pas le croire. J’avais surmonté une vraie difficulté, mais j’avais vécu la plus grande aventure de ma vie, j’avais appris, profité, expérimenté et vécue pleinement mon aventure. Mais surtout, j’avais appris à naviguer et réaliser mon rêve mais le plus important c’est que j’avais évolué en tant que personne. Mes priorités et objectifs dans la vie ont radicalement changé. À cette époque, je ne savais pas comment ou de quelle manière, mais c’était très clair que je ne pouvais pas revenir à ma vie d’avant.

Je passais l’hiver grâce à la Montagne “méthadone” et de la vie dans la Sierra Nevada. Je rêvais de nouvelles routes, de continuer l’année suivante où je l’avais laissé. Cependant, quelques mois plus tard, Ariel, l’un des commerciaux des Lagoon catamaran  que j’avais rencontré lors de mon assistance au salon nautique de Barcelone, m’a appelé pour m’inviter à faire ma première traversée de l’Atlantique avec lui. Pendant la fête de cette année, Ariel avait vendu un grand catamaran Lagoon 400 et m’a offert l’opportunité  pour l’aider à ramener le catamaran du chantier naval, situé en Bretagne sur la côte atlantique jusqu’à Ibiza. Un voyage en plein hiver trois semaines et deux miles en ligne droite en  Corogne, passant par le Finistère, puis toute la côte du Portugal pour atteindre Huelva et traverser le détroit de Gibraltar. Le reste de la route de Malaga à Ibiza je la connaissais bien .

avec 40 noeuds
Ici, je suis dans la mer Cantabrique, avec des vagues de 6 mètres et des vents de 40 nœuds à bord du catamaran, nous nous déplacions à Ibiza. Oui, oui, je me suis forcé à sourire pour la photo mais dans le fond j’avais très peur

Les premières étape de l’activité professionnelle

J’ai accepté l’invitation d’Ariel sans penser que le voyage et la dureté pouvaient forger une amitié et une combinaison d’intérêts où il me proposa de travailler comme capitaine à Ibiza durant l’été suivant. C’était de nouvelles aventures et de nouvelles expériences peut-être plus humaines ou plus banales que l’Iluso de l’année précédente, mais qui m’a donné les cartes et les connaissances nécessaires pour me décider de ré-hypothéquer jusqu’aux sourcils et j’acheta un bureau nautique et décida d’acheter le catamaran d’Ariel pour devenir entrepreneur et louer des bateaux à Ibiza.

Cet hiver a été la clé de plusieurs facteurs. Je m’y suis mis et obtenu les titres de sports nautiques qu’il me manquait, et enfin j’eus les qualifications professionnelles requises pour travailler en tant que capitaine professionnel.

Jose Navas capitaine des catamarans a Ibiza
Arrivant à Ibiza avec le catamaran en plein hiver

Nous avons fondé CharterAlia location de bateau a Ibiza

De plus, je passais dix à douze heures par jour à la construction du site de Charteralia, que vous pouvez lire maintenant. Peu à peu, nous avons atterri sur Google grâce à un contenu de qualité qui a suscité l’intérêt de nos clients et lecteurs potentiels. Notre haute visibilité sur les moteurs de recherche à fait que d’autres entreprises ont pris contact avec nous pour travailler car nous avons se pouvoir d’avoir de nombreux clients. Nous avons donc grandi très vite, jusqu’à aujourd’hui. En 2014, seulement 4 ans que j’ai décidé d’essayer de transformer un rêve en réalité, nous avions une flotte mixte de 45 navires, totalisant des bateaux que l’on partage et des bateaux à nous, avec 20 bateaux à Ibiza, 15 à Majorque et 10 à Minorque.

Flotte de CharterAlia location de bateau a Ibiza
Partie de la flotte actuelle de CharterAlia

La chose la plus importante est que, malgré avoir fait de ma passion ma profession, je suis là, appréciant comme le premier jour où j’allais naviguer avec mes clients et essayer de leur transmettre l’illusion. Je pourrais vivre dans un appartement confortable à Ibiza et trouver un bureau à proximité. Mais je possède une cabine dans le catamaran où je travaille comme capitaine qui fait office de bureaux et j’espère continuer à travailler dedans pendant de nombreuses années. C’est le meilleur et le plus gratifiant des métiers que je n’ai jamais eu dans ma vie.

À la fin de la saison dernière année, je fis cette vidéo comme remerciements personnels à tous nos clients. J’espère que vous allez aimer et qui sait, peut-être que vous serez dans la vidéo l’année prochaine !

Vidéo: Résumé de la saison aux Baleares


Vous voulez être les protagonistes de cette année ?

La vidéo de l’été 2014

Por Jose Charteralia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *